Hotel restaurant - Espinasses
rss Contact
Partenaires

Nos Villages

Rousset en région PACA

Les VILLAGES
Théüs | Rousset | Rochebrune | Remollon | Espinasses | Bréziers

Theüs

La commune de Theüs, c'est avant tout une diversité de paysages : depuis les bords de la Durance jusqu'au sommet du Mont Colombis (1 733mètres), en passant par ce qui rend le coin si attractif : les demoiselles coiffées. Résultat de l'érosion, les Demoiselles Coiffées, sont des colonnes de pierre friable d'origine jurassique supportant des pierres granitiques.

Selon la légende : " Les demoiselles de Théüs, réputées en ce temps-là pour leur beauté, se laissèrent aller à une dernière farandole, un soir de bal, avec leurs grands chapeaux plats sur la tête. Mais, alors que le douzième coup de minuit sonnait à l'église de Théüs et qu'elles dansaient dans le Vallon de Vallauria, un hurlement diabolique les figea à jamais."

Sentier balisé pour découvrir le site. Point de départ au pied du village.

Le village accroché à la montagne, compte aujourd'hui 142 habitants. Il fut créé aux alentours du 14ième siècle. Le château témoignant de cette époque est aujourd’hui fort délabré mais l’église, reconstruite au 18e, demeure en très bon état.

 A la diversité de paysages, s'associe naturellement une diversité de cultures et de ressources : les vignobles des coteaux bien exposés succèdent aux fruitiers de la Plaine et précèdent les céréales, sans oublier les troupeaux en altitude.

Au sommet du Mont Colombis (photo) (altitude 1725 m) accessible par une route qui réclame la prudence, on découvre un panorama magnifique qui s’ouvre sur le Dévoluy, les Ecrins, le Lac et la Haute-Provence. Une table d’orientation permet d'identifier les sommets. Présence de magnifiques papillons.
retour à la carte des villages

Rousset

 La commune de Rousset a la particularité de se composer de trois niveaux différents :

Le village à 1000 mètres d’altitude
Le Belvédère, à 850 mètres, domine le lac de Serre-Ponçon.
Les Celliers, 680 mètres, hameau regroupant aujourd'hui les trois quarts de la population.
Le village : compte une vingtaine de maisons ; la qualité de vie est, pour l'instant, respectée et maintenue, là haut sur le plateau. L'activité y est essentiellement agricole avec 2 familles qui pratiquent la polyculture et entretiennent la qualité de l'espace naturel. La rue principale du village a conservé toute son authenticité avec ses porches et ses voûtes, le four banal restauré devient un lieu privilégié pendant la belle saison pour la cuisson des pizzas et autres gri1lades.

Le Château de Rousset, bien que devenu aujourd'hui une ferme, rappelle la richesse historique de ce village. L’antique famille de Rousset qui habitait ce château au 12ème siècle, possédait des liens de parenté avec les comtes de Provence et de Forcalquier et portait les mêmes armes que ces princes, la croix de Toulouse.

Avant d'évoquer le belvédère, il est impossible de ne pas mentionner L'Ile de Rousset, correspondant au 1/5 du territoire de la commune et qui fut engloutie lors de la mise en eau de la retenue de Serre-Ponçon. Ce hameau représentait alors un véritable "carrefour commercial", entre vallée de l'Ubaye et vallée de la Durance. Sa disparition est l’occasion d'une journée du souvenir (photo), toutes les années, au cours de laquelle les familles expropriées se retrouvent pour évoquer le passé.

Le Belvédère : ce point culminant, situé sur la rive droite de l’ancienne Durance, domine l'imposant barrage, Un commerce de minéraux ainsi qu'un camping offrent aux touristes souvenirs et qualité d'accueil. Le Muséoscope qui a ouvert ses portes récemment, vient compléter ces équipements déjà en place.

L'ancienne route se jette dans le lac à  bois-vieux, ce qui permet aux bateaux d'accoster et d'être mis à l'eau.

Enfin, les Celliers de Rousset, à proximité immédiate du quartier commercial de l'hôtel d'Espinasses, regroupant les services municipaux. Plusieurs apiculteurs y sont présents. Pendant l'occupation, Victor Brauner, peintre juif roumain appartenant au mouvement surréaliste, se réfugie aux Celliers de Rousset pour passer ces années sombres. Ses oeuvres sont exposées à Beaubourg.

On note également la présence de l’office du tourisme du Pays de Serre-Ponçon, jardin public, tennis, boulodrome.


Rochebrune

 
Village typique regroupé autour de son clocher, composé de bâtisses caractéristiques du style de notre région. Il porte le nom de la couleur des roches du lieu : "Roquabruna" en 1200. Sous l'ancien Régime, avec la commune limitrophe de Bréziers, le territoire de Rochebrune appartenait à l'évêché d' Embrun. C'est pourquoi la Révolution française, en créant les départements, a inclu ces deux communes pourtant situées sur la rive gauche de la Durance, au département des Hautes-Alpes.

Le site des trois lacs est très attractif pour ses plages aménagées et ses baignades. Avec une eau plus "chaude" que dans le lac de Serre-Ponçon et des pentes moins raides, il est l'endroit rêvé pour le "bronzing"et la natation. Une piste de santé de même que des jeux pour les enfants complètent agréablement ce site.

Rochebrune est doté d'un patrimoine forestier important. Parcourez-les en empruntant les sentiers balisés qui vous conduiront à pied, à cheval ou en V.T.T. du splendide Bois du Plan au hameau typique de Beaufort en passant par ceux de Gréolliers et le pont de Rochebrune.
 

Remollon

 En aval du barrage de Serre-Ponçon, station estivale sous le soleil de Haute-Provence, Remollon est situé sur la rive droite de la Durance, à 18 km de Gap. Bien exposée au pied de la montagne de Saint-Maurice, à 675 m d'altitude.

Le vignoble occupa au début du siècle une place prépondérante et sa renommée n'est plus à faire.

Aujourd'hui, les vergers produisent des fruits de grande qualité.

Ce village possède un passé riche que le promeneur découvrira en parcourant ses ruelles.

A voir ou visiter : Son clocher du 17e siècle, la chapelle Saint-Roch, le vieux village et sa bourgade aux maisons anciennes (portes du 17e siècle), ses fontaines, la cascade du Moulin et sa source pétrifiante.

Historiquement, on trouve des écrits datant du Xlème siècle évoquant RUMULONUM, partie agricole appartenant aux habitants de Théüs, plus en sécurité en ces périodes troublées sur les hauteurs que dans la vallée. Par la suite, REMOLLON dépendra successivement du Comté de Provence puis du Comté de Forcalquier. REMOLLON fut le siège d‘un prieuré d’abord de l'Abbaye de Novalaise puis de celui de Boscodon. L’ordre des Templiers, puis celui des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem y possédait de vastes propriétés.

Dès cette époque, l'activité essentielle concerna le vignoble et le vin de Remollon était considéré comme le meilleur de toute la région.

 Espinasses

 
Située dans la vallée de la Durance, à l'aval immédiat du barrage de Serre-Ponçon, au carrefour de trois vallées alpestres, la commune d'Espinasses s'étend sur 1386 ha, depuis la plaine (alt : 652 mètres), jusqu'à Chorges, en passant par le Mont Collombis (1 733 mètres).

Adossées à la montagne, les maisons basses du village ont la particularité de posséder des caves voûtées, creusées dans la roche, destinées à favoriser le vieillissement et la bonification du vin d'Espinasses.

Ce dernier constituait la principale ressource des habitants qui cultivaient leurs vignobles sur les coteaux, ceci bien avant la construction des digues et du barrage qui libérèrent, plus tard, dans la plaine un espace cultivable de qualité.

La paroisse se situait autrefois à Vière, village où ne subsistent aujourd'hui que quelques résidences secondaires, mais qui a conservé sa chapelle datant du XVème siècle. Remarquable par son architecture, voûtée en berceau semi-circulaire, elle abritait autrefois une salle de classe. L’église située au village actuel ne fut construite que vers 1860. Dédiée à Sainte Brigitte, elle est belle, simple, bien entretenue.

Le quartier de L'Hôtel est très actif et regroupe la plupart des commerces indispensables à l'approvisionnement quotidien.

 Bréziers

Village à caractère rural, Bréziers a subit de plein fouet les effets de la désertification des campagnes pour n'abriter, à ce jour, qu'une centaine d'habitants.

Le bourg et ses quatre hameaux, malgré leur dépeuplement et grâce à une farouche volonté, a fait l'objet, depuis quelques années, d'aménagements qui les rendent particulièrement agréables à vivre et à visiter. L’ancien village brûlé au 17ème siècle laisse encore transparaître ses vestiges au quartier de 1’Eglise. Ce sinistre a transmis son nom au village actuel.

La commune, riche de ses domaines forestiers qui représentent les 2/3 de sa surface, présente un maillage de routes forestières rurales et communales très denses et extrêmement bien entretenues, propices aux promenades dans la nature.

Adossé à un piton rocheux, Bréziers, ancienne propriété de l'archevêché d'Embrun, est un village semi-provençal des XVIIème et XVIIIème siècles.

On recherche à Bréziers : calme, repos, verdure, chasse, belle forêt et sous-bois, promenades à pied. Circuits disponibles à l’office du tourisme. 
 

Actualités

En savoir plus